mardi 2 mars 2010

JACQUES VACHÉ



À André BRETON, Le 29 avril 1917

Cher Ami,

...Je vous écris d'un ex-village, d'une très étroite étable-à-cochon tendue de couvertures — Je suis avec les soldats anglais — Ils ont avancé sur le parti ennemi beaucoup par ici — C'est très bruyant — Voilà....
Et puis vous me demandez une définition de l'umour — comme cela ! —« IL EST DANS L'ESSENCE DES SYMBOLES D'ÊTRE SYMBOLIQUES » m'a longtemps semblé digne d'être cela comme étant capable de contenir une foule de choses vivantes: EXEMPLE: vous savez l'horrible vie du réveillematin — c'est un monstre qui m'a toujours épouvanté à cause que le nombre de choses que ses yeux projettent, et la manière dont cet honnête me fixe lorsque je pénètre dans une chambre — pourquoi donc a-t-il tant d'umour, pourquoi donc? — Mais voilà: c'est ainsi et non autrement — Il y a beaucoup de formidable UBIQUE aussi dans l'umour — comme vous verrez — Mais ceci n'est naturellement — définitif et l'umour dérive trop d'une sensation pour ne pas être très difficilement exprimable — Je crois que c'est une sensation — J'allais presque dire un SENS — aussi — de l'inutilité théâtrale (et sans joie) de tout.
Quand on sait.
Et c'est pourquoi alors les enthousiasmes (d'abord c'est bruyant), des autres sont haïssables — car — n'est-ce pas — nous avons le génie — puisque nous savons l'UMOUR — Et tout — vous n'en aviez d'ailleurs jamais douté? nous est permis. Tout ça est bien ennuyeux, d'ailleurs.
Je joins un bonhomme — et ceci pourrait s'appeler OBSESSION — ou bien — BATAILLE DE LA SOMME ET DU RESTE — oui.
Il m'a suivi longtemps, et m'a contemplé d'innommables fois dans des trous innombrables — Je crois qu'il essaie de me mystifier un peu — J'ai beaucoup d'affection pour lui, entre autres choses.
Jacques VACHÉ
***
À André BRETON, Le 19 décembre 1918.
« Je crois me souvenir que, d’accord, nous avions résolu de laisser le monde dans une demi-ignorance étonnée jusqu’à quelque manifestation satisfaisante et peut-être scandaleuse. Toutefois et naturellement, je m’en reporte à vous pour préparer les voies de ce Dieu décevant, ricaneur un peu, et terrible en tout cas. Comme ce sera drôle, voyez-vous, si ce vrai ESPRIT NOUVEAU se déchaîne.
Jacques VACHÉ
http://sdrc.lib.uiowa.edu/dada/Lettres_de_guerre/index.htm
Comme Arthur Cravan, Jacques Vaché a à peine eu le temps de connaître le surréalisme ; sa production littéraire est remarquable par la qualité, mais infime par la quantité, et pourtant il est l'un des personnages clés du mouvement surréaliste. « Vaché, Cravan, deux météores, deux étoiles fixes au ciel du surréalisme », écrit Maurice Nadeau, l'historien du mouvement. C'est que la rencontre de Vaché avec Breton marqua profondément ce dernier. La mort tragique et mystérieuse de Vaché devait le faire entrer de plain-pied dans la légende. En attendant, sa personnalité étrange et forte marqua les hommes qui allaient former le groupe surréaliste.
Né à Nantes, grand, svelte et roux, Vaché affichait une élégance provocante, un esprit destructeur qui était dadaïste avant la lettre. Il rencontre Breton à Nantes en 1916, dans un hôpital où il est soigné pour une blessure au mollet et où Breton est interne. Tout de suite, l'élégance et le comportement de Vaché frappent Breton. Ils se lient d'amitié. Vaché lit beaucoup. Il ne craint pas d'avoir des opinions à contre-courant : s'il admire Jarry, il n'aime pas Apollinaire à qui il reproche de « rafistoler le romantisme avec des fils télégraphiques ».
Mobilisé, Vaché exhibe toutes sortes d'uniformes. Il est nommé interprète de l'armée britannique, mais il n'hésite pas à se promener en tenue de hussard ou de médecin, arborant maintenant, malgré la guerre, son élégance un peu efféminée, à titre de provocation. Le jour de la représentation des Mamelles de Tirésias d'Apollinaire, sanglé dans son uniforme de l'armée britannique, il fait un scandale - un de plus - en gesticulant sur la scène, revolver au poing, et menaçant de tirer sur la foule des spectateurs. Peut-être est-ce en pensant à cette scène que Breton écrira plus de dix années plus tard, dans le Deuxième Manifeste du surréalisme, que « l'acte surréaliste le plus simple consiste, revolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu'on peut, dans la foule ». Ce rapprochement montre l'influence toute-puissante de Vaché sur le surréalisme.
La correspondance de Vaché avec Breton, Théodore Fraenkel, le médecin des surréalistes, et Aragon reflète l'indépendance d'esprit et la qualité de jugement qu'il avait su garder parmi ses amis. Cette correspondance fut publiée par les soins de Breton (Lettres de guerre, 1919) après la mort de Vaché. Seul témoignage de son bref mais fulgurant passage dans la littérature, ces lettres démontrent une facilité d'expression, une désinvolture et une insolence poussée jusqu'à la provocation. Ses jugements lapidaires, ses hérésies voulues, son comportement spectaculaire et son excentricité vestimentaire font de ce dandy un véritable précurseur de Dada, par le refus destructeur qu'il oppose à l'ensemble de la société des arts et des artistes.
En janvier 1919, il fut trouvé mort dans une chambre d'hôtel, en compagnie d'un de ses amis, à la suite d'une absorption exagérée d'opium.
Marc BLOCH. « Jacques VACHÉ », Encyclopaedia Universalis